La future Loi Climat prévoit de développer l’affichage environnemental sur de nombreux produits. De fait, comme je le souligne dans mon livre blanc, La relation client “verte”, la position de pionnière de la France dans ce domaine – avec des travaux démarrés dès 2008 – peine à se matérialiser dans les faits. En effet, pour l’instant, ce système ne revêt pas de caractère obligatoire et relève d’une démarche volontaire.

Mais cette fois pourrait être la bonne. Ainsi, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a lancé il y a 18 mois un appel à projets pour dépoussiérer la méthode d’Analyse du cycle de vie (ACV), sur laquelle reposent les dispositifs d’affichage environnemental. Et elle doit se prononcer d’ici à la fin de l’année sur les différentes propositions reçues.

Le Planet-Score s’inscrit dans ce cadre. Et ce projet, développé par l’Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation biologiques (ITAB) et ses partenaires, le bureau d’études Sayari et l’accélérateur de projets Very Good Future, pourrait bien franchir la ligne d’arrivée en tête. Présenté il y a quelques jours, il s’appuie sur le socle de l’ACV, mais en le complétant par un certain nombre d’indicateurs complémentaires. Il entend ainsi refléter des impacts peu, pas ou mal couverts actuellement (pesticides, climat, biodiversité et bien-être animal). Concrètement, l’information consommateur se matérialiserait sous un format composite intégrant un score agrégé et quatre indicateurs correspondant aux dimensions complémentaires explorées.

A suivre…

Planet-Score, un nouvel affichage environnemental pour l’alimentaire ?
Vous appréciez ce contenu : n'hésitez pas à le partager

Un avis sur « Planet-Score, un nouvel affichage environnemental pour l’alimentaire ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

trois × quatre =